Des nouvelles d’Afghanistan…

[Communiqué n°8 du CIDFA – 16 août 2023]

Nous publions ce communiqué du Mouvement spontané des femmes afghanes après la décision du pouvoir taliban de fermer tous les salons de beauté du pays, privant ainsi des dizaines de milliers de femmes de leur emploi, et fermant l’un des derniers espaces dans lesquels les femmes pouvaient se retrouver.

Les talibans répondent aux appels à la liberté des femmes par les balles et la violence

Le 19 juillet 2023, des dizaines de jeunes femmes et de jeunes filles sont descendues dans les rues de Kaboul et ont scandé le slogan « travail, pain et liberté ! ». Elles protestaient contre l’ordre de fermer les salons de beauté pour femmes et ont demandé au gouvernement taliban de laisser aux femmes les droits de travailler et d’étudier.

Bien que la manifestation des femmes à Kaboul se soit déroulée de manière pacifique, la police anti-femmes des talibans a empêché sa tenue. Les talibans ont utilisé des canons à eau, des tirs et la violence contre les manifestantes pour les disperser. Des dizaines de femmes ont été battues et blessées par les talibans. Les talibans ont recherché et poursuivi les organisateurs de la manifestation, au moins huit femmes ont été arrêtées pendant et après la manifestation puis transférées vers des lieux de détention inconnus.

Sur ordre du chef taliban Mullah Haibatullah Akhund, le 3 juillet, le « ministère du Vice et de la Vertu » a donné un délai d’un mois à tous les propriétaires de salons de beauté pour femmes pour qu’ils ferment leur établissement. Les talibans considèrent que l’industrie des salons de beauté pour femmes est contraire à la charia islamique.

Selon les chiffres de la Chambre de commerce et d’industrie d’Afghanistan, il existe 3 100 salons de coiffure à Kaboul et 12 000 salons de beauté dans d’autres provinces, où travaillent plus de 60 000 femmes. Chaque femme qui travaille dans ce secteur est souvent le seul soutien de famille, nourrissant en moyenne six personnes. En fermant les salons de beauté pour femmes, les talibans condamnent directement 360 000 personnes à la famine et à la pauvreté.

En réprimant brutalement, en tuant et en emprisonnant des dizaines et des centaines de manifestantes, les talibans pensaient que les femmes n’auraient plus le courage de protester et de se battre publiquement pour leurs droits, mais ce 19 juillet, de courageuses Afghanes ont prouvé que la voix de la justice ne sera jamais réduite au silence et que les femmes continueront à se battre et à protester pour leur droit au travail, à l’éducation et à la liberté, quels qu’en soient les risques.

Le Mouvement spontané des femmes afghanes (SMAW), 20 juillet 2023, Kaboul

* * *

Succès de la deuxième tournée européenne du Comité international de défense des femmes afghanes

Cinq conférences animées par Ranna Amani (Lisbonne, Bilbao, Marseille, Turin et Genève)

La cause des femmes afghanes a mobilisé de nombreuses femmes, militantes et militants politiques et syndicaux, élus, avocats, à l’occasion de la deuxième tournée européenne* organisée par le Comité international de défense des femmes afghanes.

À Lisbonne (Portugal) le 26 juin, Bilbao (État espagnol) le 27, Marseille (France) le 28, Turin (Italie) le 29 et Genève (Suisse) le 30 juin, Ranna Amani, militante du Mouvement spontané des femmes afghanes, a exposé le sort des femmes dans son pays, depuis que l’administration Biden y a réinstallé au pouvoir la milice obscurantiste et réactionnaire des talibans en août 2021.

Devant un public attentif, Ranna Amani a rappelé les fondements du Mouvement spontané des femmes afghanes constitué à Kaboul en septembre 2021 : « Notre mouvement est social, indépendant, démocratique et laïque. Nous combattons pour l’égalité totale des sexes et pour les droits des minorités ethniques et religieuses. Un gouvernement taliban ou composé de talibans et de djihadistes coupables de crimes de guerre et de débris corrompus du régime précédent (celui qui a régné pendant les vingt années d’occupation de l’OTAN –  ndlr) est inacceptable. Nous exigeons que les pays étrangers cessent de s’ingérer dans les affaires de l’Afghanistan. Nous voulons un gouvernement laïque et démocratique issu d’élections libres et nationales. »

Ranna a rappelé les nombreuses initiatives du mouvement, malgré la terrible répression qui les frappe  : manifestations contre l’exclusion des femmes et des jeunes filles des écoles et des universités, et plus largement de la sphère publique ; création de « maisons de protection » pour accueillir les militantes persécutées par le régime et création d’écoles clandestines pour les jeunes filles.

Toutes les réunions publiques ont été l’occasion pour les participants d’exprimer leur indignation vis-à-vis des tentatives d’une reconnaissance officielle du régime sanguinaire des talibans.

Ainsi, à l’unanimité, les quatre-vingts participants à la réunion de Marseille ont condamné « l’hypocrisie du gouvernement norvégien qui a invité les représentants du régime des talibans au “Forum pour la liberté” d’Oslo du 13 au 15 juin ».

Le maire des 4e et 5e secteurs de Marseille, Didier Jau, est venu souhaiter aux militantes afghanes « du courage dans vos luttes pour vos droits ».

À Bilbao, les cinquante-cinq participants – militantes et militants ouvriers, féministes et anti-guerre – se sont engagés « à s’adresser aux autorités de notre pays pour qu’elles accordent l’asile immédiat aux militantes menacées ».

Mêmes engagements à Turin, Marseille, Genève et à Lisbonne, où la réunion se tenait dans les locaux de l’organisation féminine UMAR, fondée au lendemain de la révolution portugaise de 1974.

* Début juin, une première tournée animée par Hasina Sadet a eu lieu à Metz (France), Bruxelles et Liège (Belgique), Erfurt et Berlin (Allemagne).

* * *

Pour aider cette campagne à se développer

On peut soutenir le Comité international de défense des femmes afghanes en faisant connaître son site Internet : https://defendafghanwomen.org/ et ses communiqués.

Versez votre soutien financier au Comité international :

PAR PAYPAL OU CARTE BANCAIRE SUR LE SITE : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=CE4H7EDN7FZZ4

PAR VIREMENT BANCAIRE sur le compte « Comité international de défense des femmes afghanes » BIC/SWIFT : CMCIFR2A ; IBAN : FR76 1027 8060 5000 0213 5650 174

PAR CHÈQUE BANCAIRE (pour la France) à envoyer à Comité international de défense des femmes afghanes, 67, avenue Faidherbe, 93100 Montreuil.

Laisser un commentaire

Up ↑

%d bloggers like this: